1793-1795 LA CONVENTION NATIONALE CONTRE L'ESPAGNE

GUERRE DE LA CONVENTION NATIONALE CONTRE L'ESPAGNE COTE CATALOGNE


code Q.R.

mercredi 8 août 2007 22:58

LES REQUISITIONS ET LES DESTRUCTIONS

Les familles d'agriculteurs et les fermiers se plaignent des confiscations de leurs bétails, malgré les privations qu'ils ont endurées.

Lire la suite...

L'EMBROUILLE DES COULEURS DE LA COCARDE

En 1792, la 1ère république ne supprime pas le blanc, la couleur des royalistes.
L'enseigne royale est bleue semée de fleurs de lys d'or.

Lire la suite...

L'INVASION ESPAGNOLE

Pour des catalans illettrés, cette guerre est une guerre de religion.
Cette guerre franco-espagnole va faire revenir et rétablir les prêtres et les religieuses qui ont émigrés dans la catalogne à la suite des dispositions outrageuses de la république.
Les catalans sont témoins de scène de destructions dans les églises.
De tyrannie envers les gens du culte...

Lire la suite...

A SAINT LAURENT DE CERDANS DEVENIR ESPAGNOL POUR ÉVITER UNE TUERIE


La provocation et la pression militaire obligent les somatents à prendre les armes pour défendre leur liberté de culte.
Cette rébellion pèse sur la commune.
La république veut déportés 490 villageois, 980 personnes voient leurs biens confisqués et 510 habitants sont emprisonnés.
Cette sentence doit se produire dans les journées qui suivent.
Le maire et ses habitants sont réunis depuis 3 jours.
Aucun des habitants ne veut partir car s'enfuir signifie la destruction de leur village.

Lire la suite...

ARLES SUR TECH, LA GENEREUSE

En 1793, Arles sur Tech au fond de la vallée est accueillante, généreuse où chaque famille s'est promis durant son existence à rendre l'hospitalité du pèlerin.
C'est la capitale minière du Vallespir par ses forges dispersées sur les 2 versants couverts de forêts dominicales de châtaigniers et de chênes.

Lire la suite...

LA PRISE DE CÉRET PAR LE COMTE DE LA UNION

La garnison espagnole aux ordres de Juan Escofet pénètre pendant la nuit du 16 avril 1793 dans le Vallespir par le col del Portells
La commune de Céret est située à 170 m d'altitude sur la rive droite du Tech.
La possession stratégique du pont en pierre traversant la rivière Tech sur la commune est l'objectif principal de chaque armée pour le passage des hommes et du matériel.

Lire la suite...

CAPITULATION DU CAPITAINE LAFRAISE AU FORT LAGARDE

Le fort Lagarde de Prats de Mollo est construit à 1 400 m sur l’'emplacement de la tour à signaux médiévale La Guardia
Le fort surveille le passage de la zone frontière du col d'Ares à 14 km entre les vallées du Vallespir en France et celle du Ter en Espagne.
Prats de Mollo en 1793 compte 2 880 habitants se situe à 60 km de la citadelle de Perpignan.

Lire la suite...

BATAILLE DU MAS DEU, LE 17-18-19 MAI 1793.

La Commanderie du mas Deù est le symbole puissant de la donation des rois de Majorque.
Son influence est persuasive dans les domaines de l'administration de la Catalogne et de l'Aragon.
Son ordre, les Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem consacre la noblesse.
Les dons des chevaliers de l'ordre du Temple leur vouent protection et soutien financier.

Lire la suite...

LA FAMINE VAINQUEUR DU GOUVERNEUR MICHEL DAUDIES ET DE SES 440 HOMMES.

Pourquoi la prise par le blocus Els Banys d'Arles ou de Fort les bains ?
Il fait parti des 3 postes avancés qui garantissent aux espagnols une défense de leur artillerie . La sécurité sur la route dans l'axe qui longe la rivière Tech.
Prats de Mollo==>Els Banys d'Arles==>Céret.

Lire la suite...

Elna et le schisme ecclésiastique.

Elna la "casa del bisbe".
Le "bisbe" l'évêque en catalan est le personnage religieux important pour la gestion et l'administration du ravitaillement, de l'entretien des bâtiments, de l'enseignement et des décisions de justice de la province.

Lire la suite...

LE PUIG ORIOL, LA COLLINE DES HOMMES LIBRES.

Dans la nuit du 29 juin 1793 des colonnes espagnoles partent de la commune d'Argelès de la Marenda pour attaquer la ville de Collioure au cœoeur des Albères qui constitue un espace naturel qui sert de frontière.
La garnison de Collioure est avertie de l'attaque des troupes espagnoles durant la nuit.

Lire la suite...

L'ARMEE DES PYRENEES ORIENTALES 1ERE PARTIE

Des onze armées reparties sur le sol français, l'Armée des Pyrénées Orientales est celle qui est la plus délaissée du territoire.
La Convention estime que l'Espagne, n'est pas une nation militaire et son armée n'est pas assez puissante pour la craindre.

Lire la suite...

BANYULS SUR MER, L'HERITAGE DU 25 FRIMAIRE AN II D'ELS SOMATENTS.

Les somatents de Banyuls de la Maresma appliquent la stratégie de prendre les armes comme les révoltes de 1675 et 1677.
Ce n'est pas une milice mais une tradition ancestrale de défense transmise à chaque famille pour protéger leur maison et leur contrebande.
Vaincus, ils le seront même s'il faut aller jusqu'à la limite extrême du courage et de l'espoir.

Lire la suite...

CURTEN JUAN-ANTONIO, LE RESCAPE DE L'EXPEDITION D'ALGER.

Qui est Juan Antonio Curtén (1730-1796) ? Le général victorieux avec les gardes Wallonnes de la bataille du Mas Deu, le 20 mai 1793.

Lire la suite...

LA MACHINE A RESQUISITIONNER

Le département est un véritable paillasson ou les deux armées françaises et espagnoles vont tout sacrifier.
L'économie du département est de brûler les champs et les fermes si les occupants ne collaborent pas avec leurs soldats.

Lire la suite...

LE 10 AOUT 1793, L'ANNIVERSAIRE CAUCHEMAR.

Le 10 août 1793, les commissaires de la république envoyés pour vérifier la commémoration du 1er anniversaire de l’abolition de la royauté trouvent un conseil départemental inexistant et un Etat Major peu convainquant.

Lire la suite...

LA CHUTE DE LA FORTERESSE DE BELLEGARDE

Sans la traitrise du capitaine du génie français Cotte De Latour qui offre ses services à Manuel De Gagigal, commandant l’artillerie espagnole, le fort de Bellegarde n’aurait jamais dû tomber dans les mains ennemies.

Lire la suite...

LOUIS-CHARLES DE LA MOTTE ANGO, VICOMTE DE FLERS.

Le 14 mai 1793, Louis-Charles De La Motte-Ango, vicomte De Flers à 36 ans arrive avec la nomination de 3ème commandant de l'Armée des Pyrénées-Orientales pour remplacer son ami et son confident Mathieu Marchant De La Houlière, suspendu depuis la défaite de Céret du 20 avril 1793 par les représentants du peuple.
Pour Luc Siméon Auguste Dagobert, le nouveau commandant en chef n'est pas un étranger puisque la Chapelle-en-Juger près de Saint-Lô où il est né se situe à 30 km du domaine de la famille De Flers.

Lire la suite...

L'ARRIVEE D'HILARION, PAUL-PUGET, MARQUIS DE BARBENTANE

Les représentants Claude Fabre et Raymond Gaston ont eu raison du général Louis-Charles De La Motte-Ango, vicomte De Flers.
Depuis le premier avril 1793, Charles, François Dumouriez devenu traître à la nation est recherché par les armées.
Le marquis de Flers, son aide de camp dans la campagne du Nord subit les conséquenses de cette traitrise.
Les militaires et les représentants vont se liguer contre lui pour l'évincer.

Lire la suite...

ANTONIO RICARDOS VEUT LA CITADELLE DE PERPIGNAN

Prendre la citadelle de Perpignan, c'est gagner la guerre de la Catalogne et affaiblir la Convention Nationale.
Dés le début de mai 1793, Antonio Ricardos n'a qu'une seule ambition prendre Perpignan.
Il ne cherche pas l'affrontement direct avec l'imprenable citadelle et ses garnissons.

Lire la suite...

La loi maximum 1793 provocation des mécréants.

La Convention Nationale reconduit le système de liberté illimitée de commerce mis en place le 08 décembre 1792 pour défendre obstinément le principe de non intervention en matière d’économie.
L'idée de la libéralisation de la vie économique par la libre circulation du commerce est une illusion qui n'existe que par la mise en place de son décret.
Cette libération économique amène une contradiction entre le droit politique de souveraineté et la réalité socio-économique d’un peuple qui a faim.
La logique de l'esprit de la révolution d'introduire les éléments d'égalité des biens, sur l'utilisation de la propriété de la production.
La reconnaissance des droits sociaux sur la nourriture de 1ère nécessité rend illégitime tout effort de nier le droit à la subsistance à qui que ce soit et exige l'aide de la 1ère république à ceux qui en ont besoin.
Chaque citoyen a droit à une part de ces ressources.
Une perception de la nourriture comme bien social se trouve dans les réformes législatives innovantes.

Lire la suite...

17 SEPTEMBRE 1793-LA BATAILLE DE PEYRESTORTES

Le 04 septembre 1793
"Je vais mettre à l'abri les troupes à Narbonne car je n'ai aucune responsabilité à défendre la ville de Perpignan."
Joseph Puget-Barbantane 5ème commandant en chef de l'Armée des Pyrénées-Orientales écrit qu'il abandonne la ville de Perpignan au Comité du Salut Public.
La population affamée, dans le désarroi et la consternation apprend que le grand chef militaire qui doit les défendre s'enfuit avec Vincent Giacomoni et le représentant Raymond Gaston s'abriter loin du front à Narbonne à 65 km.

Lire la suite...

Jacques Goguet le 5ème commandant en chef " le médecin"

Jacques-Gilles Goguet abandonne sa carrière de médecin et s'engage dans les gardes nationaux de la ville pour prendre part à l'assaut la citadelle de Montpellier.
Il participe à la marche vers Lunel avec la garde nationale.

Lire la suite...

LA REVANCHE DE LUC-SIMEON-AUGUSTE DAGOBERT DE FONTENILLE.

Le 4 octobre 1793, Luc Siméon Auguste Dagobert de Fontenille et ses 300 hommes s'emparent de Camprodon.

Lire la suite...

MORT A LA BATAILLE DE TROUILLAS, OU EST TA VICTOIRE ?

Dans tout le département, la défaite et le retrait de l'Armée de la Catalogne de Perpignan projettent un écho de vainqueur, propulse un moral d'exploit et de conquête à l'Armée des Pyrénées Orientales.
En manque de résultats, les résonances de l'Etat Major français sur les affrontements sont souvent médiatisées en victoire.
Les officiers battus exagèrent la force espagnole pour satisfaire leur conscience.
L'écrasement des espagnols à Peyrestortes est l'objectif obsessionnel de vengeance, il unit les forces révolutionnaires dans un désir de revanche pour purger les souffrances.

Lire la suite...

LA REUNION SECRETE DES GENERAUX ESPAGNOLS

Que se passe-t-il ce 26 septembre 1793 ?

Lire la suite...