1793-1795 LA CONVENTION NATIONALE CONTRE L'ESPAGNE

GUERRE DE LA CONVENTION NATIONALE CONTRE L'ESPAGNE COTE CATALOGNE


code Q.R.

mercredi 8 août 2007 20:43

L'Espagne s'invite à Toulon au sacre de Louis XVII.

L'An 1er du couronnement du roi Louis XVII à Toulon est une période royaliste délicate à décrire tellement que la joie du règne fait suite à la souffrance subit par la population.
Les vaincus restés dans la ville sont massacrés, les survivants déçus se font oublier, les participants ont fuit loin, très loin… sans pouvoir expliquer le sacre de Louis XVII.
Les documents existent et les sources appellent un éclairage sur les événements qui se sont déroulés et les rôles tenus par chaque protagoniste, favorisant volontairement le choix de l'implication de la marine espagnole et évitant le comportement des commissaires du peuple et l'espion des princes, Jean-Baptiste Roux, président de la section des Minimes.

Lire la suite...

FRANCOIS-AMEDEE DOPPET 8 EME COMMANDANT EN CHEF

Sa nomination le 03 novembre 1793 pour remplacer Louis Turreau surprend tous les officiers.
Est-ce l'homme capable de créer la dynamique qui manque à cette armée révolutionnaire qui part à la dérive ?

Lire la suite...

ÉDOUARD MILHAUD ET PIERRE SOUBRANY : LES MESSAGERS DE LA TERREUR.

Début 1794, la survie de la révolution se joue.
L'hostilité contre l'étranger s'exprime de façon ouverte.
Le nombre considérable de soldats dans le département menace l'équilibre des bourgs et des villages.
Les militaires logés chez l'habitant avec des contraintes de réquisition et de violence offre un mode de vie différent ou le pillage prend une grande part.
06 janvier 1794, de nouveaux représentants instruments de la terreur sont arrivés pour rendre la confiance et réconforter l'Armée des Pyrénées-Orientales.
Chacun veut que ces nouveaux représentants ne commettent pas les erreurs de 1793,
interférer dans les affaires et les stratégies militaires et se consacrer dans leur rôle d'organisateur afin d'obtenir la victoire des soldats Français.

Lire la suite...

QUI A TUE CLAUDE-DOMINIQUE FABRE ?

Le représentant en mission Claude-Dominique Côme Fabre, député de l'Hérault n'hésite pas à calomnier et accuser les catalans avec des paroles racistes et inquiétantes pour une population assiégée et manquant de nourriture.
"Ces catalans du Roussillon sont plus Espagnols que Français."
"C'est une vaste famille de prêtes et d'émigrés."
"Mais l'instrument de mort est là en permanence pour que ses émigrés et ses prêtes y passent tour à tour".

Lire la suite...

EUSTACHE-CHARLES DAOUST, 6 EME COMMANDANT EN CHEF : "LE FAVORI".


Le 04 septembre 1793, Eustache-Charles Daoust inaugure son grade de commandement par la plus glorieuse victoire de l'Armée des Pyrénées-Orientales du 17 septembre au bourg de Peyrestortes saluée comme "la plus belle et illustre bataille" par le représentant Jacques Cassanyes.

Lire la suite...

Dagobert De Fontenilles échappe à la kabbale et meurt du typhus.

Luc Siméon Dagobert en lutte incessante contre les 3 représentants et terriblement fou de jalousie du succès des officiers.
Il échappe aux reproches des commissaires de la république par son éloignement en Cerdagne.
Il trouve un allié avec l'arrivée de Louis Turreau.
Ensemble, les 2 hommes organisent une vengeance.
Louis Turreau joue un rôle funeste en établissant une liste d'officiers et de militaires soupçonnés qui font l'objet de dénonciation. Louis Turreau a un pouvoir sans limite au niveau du Comité du Salut Public.

Lire la suite...

LES ROUAGES SUBTILES DE LA JUSTICE.

Les anciens juges cèdent leur place à des juges convaincus de rendre une justice plus équitable.
Les rédacteurs du code pénal des droits des hommes abolissent officiellement la torture et l'aveu des procédures d'inquisitions de la magistrature et redéfinissent le parquet.

Lire la suite...

SERVICE SANTE DE L'ARMEE DES PYRENEES-ORIENTALES.

Après le dossier du bilan des morts civils et le dossier sur l'argent, le nerf de la guerre,
le 3eme dossier énigmatique, du S.S.A.=Service Santé de l'Armée des Pyrénées-Orientales, censuré est ouvert.

Lire la suite...

Villelongue dels Monts, récupération de l'armement.

Le 14 décembre 1793, c'est dans le désarroi que la capitale catalane va célébrer dans la clandestinité les fêtes de fin d'année depuis la destitution le 6 août 1793 du commandant en chef Louis-Charles De Flers.
Les bombardements lors de la bataille de Perpignan le 17 juillet 1793 ont mis la ville et les remparts dans un état de destruction pitoyable.
Les rues sont pleines de décombres.
Les maisons en ruines menacent de s’écrouler.
Les églises servent d’écuries, les cloitres sont utilisés comme des granges à foin et les couvents sont transformés en prisons.
Les casernes demeurent dans un état très avancé de malpropreté depuis l’abandon des militaires pour le campement de l’Union à 5 km de la citadelle, au sommet de la colline Serrat d’En Vaquer.
Avant leur départ, les soldats républicains se sont livrés à un pillage effréné des demeures bourgeoises en détruisant sauvagement les meubles, en saccageant les reliques et en brulant les tableaux, des collections de chefs d’œuvres ancestraux.

Lire la suite...

L'ARMEE DES PYRENEES-ORIENTALES (2 EME PARTIE)

Jacques-François Dugommier et Pierre-François Augereau vont alerter les autorités nationales par l'intermédiaire du Chef de l'Etat Major le général Lamer et le ministre de la guerre Jean-Baptiste Bouchotte conscients de la médiocrité des résultats obtenus par les prédécesseurs.

Lire la suite...

BIENVENUE A JACQUES-FRANCOIS COQUILLE DUGOMMIER

Ces mots résonnent en écho et sont entendus par chaque soldat :
"Vous n'avez pas été vaincu par l'ennemi, vous avez été trahi par vos supérieurs".

Lire la suite...

QUERELLES AU COMMANDEMENT ESPAGNOL

Parcourir les positions espagnoles car dans les rangs des troupes la division du commandement fait beaucoup de dégâts et de désertions.
Plus rien ne va plus au commandement en chef entre Las Amarillas et Antonio Ricardos.

Lire la suite...

MORT TRAGIQUE D'ANTONIO RICARDOS

Conquérant de Manuel Godoy.
Le duc de Trouillas pour les catalans.
Conquistador des révolutionnaires français,
Antonio, Buenaventura, Ricardos Carrillo De Albornoz est malade depuis 2 mois.
L'alcool et le froid empèchent les globules blancs de combattre l'infection et celle-ci se propage à travers le sang jusqu'aux poumons.
Antonio Ricardos est à Madrid auprès des siens, mais le combattant est faible.

Lire la suite...

LA PROPAGANDE PREND LE CONTRÔLE DE LA POPULATION.

La propagande militaire, encore de la propagande militaire et toujours de la propagande militaire qui fait apparaître des nouveaux mots où se propage la haine comme une rumeur malsaine envers l'espagnol.
La distinction du vrai et du faux n'existe plus.
La logique militaire de guerre est de propager le mensonge.
Convaincre une population soumise sans trop de difficulté que la lâcheté devient le courage, que le mal devient le bien.

Lire la suite...

EUGENIO NAVARRO REND LES CLES DE COTLLIURE

Eugenio Navarro et ses 7 600 hommes obtiennent le droit de rentrer en Espagne sous cinq conditions.
Quels accords a-t-il conclus et sous quelle condition ?

Lire la suite...

LA PRISE DU FORT SAINT ELME, UN COMBAT D'ARTILLEURS.

Texte modifié le, 03 janvier 2017.

L'après-midi du 3 mai 1794, Jacques Dugommier établit son Etat-Major dans une bergerie sur le contrefort du massif "las Daynas".
L'enceinte du fort Saint Elme est exposée à 470 m aux batteries de brèche.
Le général en chef Jacques Dugommier s'aperçoit que le fossé manque de contrescarpe et de chemin couvert.
Le commandant veut profiter de cette faiblesse.

Lire la suite...

FRANCISCO SOLANO-ORTIZ DE ROSAS, TRIOMPHE AU FORT SAINT-ELME.

Une question qui revient sans cesse :
"Que deviennent les soldats espagnols qui capitulent après la reprise du port de Collioure et qui retournent en Espagne sans avoir droit d'exercer dans l'armée en mai 1794 ?"
Francisco Solano-Ortiz De Rosas 25 ans, fait parti des officiers qui déposent les armes sur la plage de Banyuls Marenda.
L'ordonnance militaire espagnole consigne sur ses états de service pour cette période :
"Prisonnier sans altération de l'honneur militaire suite à un acte de service".

Lire la suite...

EMIGRE ET MAUVAIS FRANCAIS.

Le 4 mai 1794, le combat des émigrés tourne au drame quand le roi Carlos IV ne s'implique plus financièrement dans la guerre
Les troupes espagnoles d'occupation en Roussillon se retirent vaincues en Espagne.
Ce bouleversement crée pour tous les émigrés de l'injustice, du cynisme et du découragement.
En France, les victoires républicaines lancent leur slogan : "Je lutte pour une vie meilleure, pour un monde plus juste".

Lire la suite...