Sources : Varldshistoria, Folkens liv och Kultur.-Carl Grimberg-Ragnar Svanström.
Marabout-Université-Edition 1964



La cocarde est une petite bande d'étoffe cousue au bout d'un cordon ou sous la ganse d'un chapeau.
Elle est le signe d'un engagement politique, reflète son ralliement aux clubs et aux assemblées.
Née en Allemagne, la cocarde combine une boucle en fer ou fibule destinée à fermer les tricornes.
En 1680, la cocarde est introduite en Angleterre durant le règne de Georges 1er.
Son usage se limite au personnel de la cour royale, les officiers de l'armée et de la marine trouvent le port de la cocarde original, le roi leur donne l'autorisation de la porter.
Les cocardes sont ovales, plus petites. Les officiers se distinguent en portant la cocarde garnie d'un éventail.
Le nombre de pointes de l'’éventail détermine le rang ou le grade de l'officier.
En Angleterre,
  • La cocarde noire caractérise, la maison d'Hanovre.
  • La cocarde blanche, la maison des Stuart.
  • La cocarde rouge, celle de la royauté espagnole.

Les femmes s'emparent de la cocarde pour en faire une décoration à la mode, elles façonnent le ruban de nœoeuds pour en garnir leur chapeau.
Le vendredi 17 juillet 1789, Louis XVI se rend à Paris accueilli par le maire de Paris Jean Sylvain Bailly, le roi accepte de porter la cocarde tricolore que lui remet le maire.
C'est à ce moment que la cocarde devient un signe d'engagement politique.
Le bleu et le rouge sont les couleurs de Paris, ces 2 couleurs encadrent le blanc de la monarchie.
La cocarde tricolore est déjà portée avant le 17 juillet 1789. Sa naissance date de la nuit du 13 au 14 juillet 1789.
Les couleurs d'une cocarde se lit du centre vers l'extérieur.
Rouge, couleur de la passion représente l'oriflamme de l'abbaye de Saint Denis, symbole du sang, du feu, du courage et du pouvoir.
Bleu, couleur du ciel symbolise l'esprit conservateur, l'immensité, la richesse, la volupté, la terreur et la grandeur spirituelle.
Blanc, couleur de pureté, d'ordre divin, symbole de la monarchie, de la paix, de la vie et de la mort.
En 1792 la 1ère république ne supprime pas le blanc, la couleur des royalistes.
L'enseigne royale est bleue semée de fleurs de lys d'or.
Le 15 juillet 1789, deux députés Adrien Duquesnoy et J.-A. Creuzé-Latouche attestent son existence.
Le mardi 14 juillet 1789, le libraire Hardy écrit sur son journal :
"On change les couleurs de cocardes en faisant succéder le rose, le bleu et blanc à la couleur verte."
Le 12 juillet 1789, la cocarde verte adoptée par les Parisiens en signe de soulèvement à l'instigation de Camille Desmoulins fait que deux cocardes patriotes de couleurs différentes existent.
- Celle de la garde bourgeoise, rouge et bleu.
- Celle des citoyens de couleur verte.
Rapidement la cocarde verte est proscrite, en effet le vert est la couleur de la livrée du comte d'Artois.
Le 13 juillet 1789, un arrêté du comité institue l'attribution d'une cocarde bicolore bleu et rouge à une milice parisienne.
Le journal "La Quinzaine Mémorable de Paris" qui parait le 8 août couvre la période du 12 au 30 juillet écrit :
"A la date du 14 juillet, à 8 heures du matin : Grands et petits de tout état arborent par ordre de la ville, la cocarde bleu, rouge et blanc."
Deux textes citent 3 modèles de cocarde.
Une lettre d'un négociant nommé Failly, écrite le 23 juillet 1789 :
"Le lundi 13, tous ceux qui sont armés sans être en patrouille et qui ne nomment pas leur district sont désarmés et arrêtés. On leur donne pour passeport la cocarde verte mais le soir, réfléchissant que cette couleur est la livrée du comte d'Artois, on prend les 3 couleurs : rose, bleu et blanc".
Le 28 mars 1790 une lettre adressée par Jean-Baptiste Gouvion, major-général de la garde nationale à Bailly cite :
" C’'est d'après un arrêté d'une assemblée des électeurs, le 14 ou 15 juillet dernier que les trois couleurs ont été fixées."
En aout 1789, le refus des aristocrates de l'Ancien Régime à porter les couleurs adoptées par leurs opposants amène rapidement une inversion symbolique des couleurs.
Bleu-Rouge-Blanc et non Bleu-Blanc-Rouge, les couleurs actuelles.
La cocarde devient un signe d'engagement politique et de ralliement.
A côté des trois cocardes principales, un grand nombre de combinaisons de bi-couleurs voient le jour :
  • Cocarde verte et blanche.
  • Cocarde bleue et blanche.
  • Cocarde rouge et blanche.
  • Cocarde verte et rouge

L'arrêté de l'Assemblée des représentants de la Commune du 4 octobre 1789, stipule :
"… Les arrêtés précédemment rendus qui sont en tant que de besoin confirmés continueront d'être exécutés et déclare que la cocarde aux couleurs rouge, bleu et blanc est la seule que les citoyens doivent porter."
Le 24 octobre 1789, la cocarde tricolore devient pour les Français le signe sacré de notre rédemption de grande exaltation mystique, religieuse ou patriotique.
Pour quelle raison le blanc est ajouté au bleu et au rouge de la ville de Paris ?
L'affirmation la plus avancée est que le blanc est ajouté par l'aristocratie.
En 1739, dans son ouvrage "Des marques nationales." Beneton-Morange note le contraire que la couleur nationale des Français est le blanc que les couleurs personnelles du roi sont bien : le bleu, le blanc et le rouge.
Les 3 couleurs désignant la nation française expriment à la fois l'’union des 3 ordres.
La doctrine politique de la réussite et de l'enthousiasme unitaire.
Deux versions se disputent la légitimité :
L'’union de Paris avec la citoyenneté nationale et l'union des royalistes avec leur souverain.
En 1791, la cocarde rouge symbole de la liberté et du civisme est arborée par les grenadiers et les troupes espagnoles qui ajoutent du jaune pour devenir rouge-jaune-rouge que la population catalane va poser sur leur "baratine" un bonnet rouge en laine qui leur sert de béret.
Le 04 juillet 1792, le port de la cocarde est rendu obligatoire pour les hommes.
Le 21 septembre 1793, la cocarde devient obligatoire pour les femmes.
Le 8 décembre 1793, la guerre des cocardes a lieu sur le carreau des Halles à Paris.
Les gestes, les ambigûités et les clivages entourent les cocardes suspectes suivant l'ordre des couleurs qui sont flutuantes, leurs matières, leurs configurations, leurs emplacements.
La cocarde fantôme voit le jour, elle est dissimulée, non visible.
La cocarde derrière, signe du rejet de la couleur en la portant sur le postérieur.
Le 17 juillet 1793 est la date officielle de la mise en place de la cocarde par les autorités locales et dans les assemblées communales.
Le refus de porter la cocarde tricolore dans les milieux républicains ou nationalistes rend la personne vulnérable et le suspect est condamné à 8 jours de prison par les tribunaux.
Le 28 novembre 1793, un nouveau décret oblige les bataillons et les régiments à soustraire de leur étendard tout signe qui rappelle la royauté, les croix blanches emblèmes de l'infanterie.
Au moment où le port de la cocarde devient obligatoire, dans les communautés des notables, des bourgeois et des officiers militaires s'installent la valse des couleurs de cocarde, symbole mobilisateur militant.
La même personne à la réunion du matin se présente avec la cocarde rouge, un sentiment de fidélité aux troupes espagnoles, se promène ensuite dans les rues avec la cocarde tricolore des républicains et finit la soirée dans la somptuaire réception des royalistes avec la cocarde blanche.
Une nouvelle expression prend naissance dans le langage populaire :
"Quelle est ta couleur ? " (....de cocarde).
La politique républicaine ne cache pas les couleurs ?