Sources : "Catalunya i la Guerra Gran". Fabregas Roig-Edition Tarragona 2000.


3ème Commandant en chef de l'Armée des Pyrénées-Orientales, Louis-Charles De La Motte-Ango, vicomte De Flers.


Le village de Flers à 220 km de Paris se situe dans l'Orne en basse Normandie à 10 km au Sud en bordure du Calvados.
La commune de Flers s'étire à travers les forêts denses de Halouse et d'Ecouves dans le périmètre des vallées de la Vère, de Rouvre et du Noireau où s'étend le bocage de l'Orne qui se jette dans la Manche en formant des débarcadères qui servent de liaison aux iles anglaises.
La richesse du bourg de Flers repose sur les 15 filatures de coton, de lin et de chanvre qui font sa réputation.
Pour alimenter les manufactures en laines provenant de la Beauce et pour distribuer la production des tissages vers les foires, la commune de Flers construit des routes en direction des marchés de Vire à 30 km, de Caen à 50 km et d'Alençon à 90 km. Les routes sont impraticables l'hiver par manque de pont.
En 1793, le conseil général du canton regroupe 2 603 habitants autour de son maire, le citoyen Louis Morieux appartenant au district de Domfront.
Le château de Villebadin et la chapelle St Jean utilisée comme l'église du village de Flers sont vendus comme biens nationaux au district.
Les administrateurs de Domfront exercent une politique religieuse destructrice qui fait que les paysans refusent d'abandonner les valeurs religieuses, ils se soulèvent dans la haine, la violence et les rancœurs et s'allient à la noblesse locale déchue de leurs biens pour former l'armée catholique et royale de la chouannerie.
Les terres de la seigneurie De Flers appartiennent depuis 1598 à la famille De Pellevé, gouverneur de Meudon anoblie par Louis XIII.
Son domaine s'étend au Sud sur 7 hectares sur lesquels sont bâtis 30 fermes et 15 moulins.
Le château de Villebadin construit en 1530 par Nicolas De Grosparny est un logis de garnison en pierres sur une butte fortifiée entourée par des marécages dangereux alimentés par l'eau de la Vère.
La plaine marécageuse est assainie pour former 2 étangs qui alimentent les douves sur les 3 cotés du château en eau profonde et cette lagune met en valeur la splendeur du parc puis la Vère se dirige vers le Nord pour rejoindre la Visance, l'affluent de l'Orne.
L'édifice se compose de 2 ailes disposées en équerre qui s'harmonisent avec la façade dotée d'un large perron décoré d'une somptueuse ferronnerie qui contribue au luxe de la construction.
  • A l'aile Est, la plus ancienne est flanquée de 2 tours d'angle surmontées d'une toiture en cloche.
  • A l'aile Ouest, le logement de la famille De Flers La Motte Ango avec de larges fenêtres qui diffusent la lumière.

  • En 1736, le titre de comte de Flers à la mort d'Hyacinthe Louis De Pellevé passe dans la famille des Ango, seigneur de La Motte-Lezeau et de Villebadin jusqu'en 1806.
    Son père Ange-Hyacinthe De La Motte Ango, né le 29 janvier 1719 dans le château de Villebadin est capitaine dans le régiment de Santerre, puis muté au régiment de Commissaire Général.
    Anobli en 1743 par une charge de secrétaire du roi, il acquit le marquisat à Flers et à Massey, conservateur de la forêt de Monthière, il épouse le 09 juin 1744 dans l'église St Sulpice à Paris, Marie-Madeleine De Chertemps, baronne de Reaux âgée de 22 ans.
    Ouvertement royaliste Ange-Hyacinthe meurt en 1788 avant de connaitre la chute de la royauté et la mort de Louis XVI.
    De cette union, le couple a 7 enfants :
    1. - Antoine-François né en 1744 mort à 7 ans.
    2. - Marie-Charlotte née en 1745 morte en mars 1754.
    3. - Pierre-François De Paule né en 1747, maréchal de camps des armées du roi.
      Il épouse en 1777 Jacqueline Le Goué De Richemont et hérite le domaine en 1788.
      Il s'engage dans la lutte contre la révolution par tous les moyens et soutient l'armée catholique royale de l'Ouest et les chouans. Son épouse la comtesse de Flers, Jacqueline Le Goué De Richemont autorise en 1793, le marquis Louis De Frotté chef des chouans à établir son Q.G. dans son château. Il décède en 1802.
    4. - Agathe née en 1750 épouse Louis Pitard, marquis De La Brizolière.
    5. - Louis-Charles, né la même année que sa sœur Marie-Charlotte décède.
    6. - Louis-Jean né le 13 septembre 1756, meurt dans la rade de Quiberon le 30 janvier 1778.
    7. - Ange-Joseph né le 08 juillet 1760. Abbé de Flers, destiné à être le chanoine de Lyon.
    Louis-Charles de La Motte-Ango, vicomte De Flers, né le 12 juin 1754 à St Sulpice à Paris, est le 5ème enfant de cette famille dont les titres de noblesse ne se compte plus, marquis de Messey, baron de Larchamps et de Lande Patry.
    Louis-Charles est éduqué très jeune en parfait gentilhomme généreux et libéral, il se perfectionne en mathématiques, en géométrie à l'université religieuse de Caen puis entre dans l'école militaire pour étudier les stratégies.
    Le 04 juillet 1786,, avant la mort de son père, Louis-Charles épouse Maximilienne-Albertine De Lattre Neuville agée de 23 ans avec qui il a 2 enfants.
    En 1791, avec le grade de colonel, il devient chef d'escadron dans la cavalerie d'élite de Commissaire Général en garnison à Abbeville aux ordres de Marie-François duc De Harcourt, gouverneur de Normandie dans la promotion des royalistes Laurent Cholier Cibeins et Dauvet.
    Le 28 avril 1792, sous les ordres du général Armand-Louis Biron, il participe avec le 6ème bataillon de Valenciennes et de Maubeuge pénètrent en Belgique dans le but de surprendre les Autrichiens.
    Le 29 avril 1792, sa compagnie s’empare de Crespin, de Mons et d'Elouge sur Hornu.
    Les troupes du général Armand-Louis Biron à Vamielle avec les 1er et 49ème régiments du colonel Dampierre combattent les Autrichiens.
    A Quiévrechain, les troupes françaises se retirent à Valenciennes pour rejoindre l'Armée du Nord de Rochambeau.
    Le 09 mai 1792, il est en garnison à Valenciennes dans l'armée du Nord aux ordres de Dumouriez quand le général Auguste Picot marquis De Dampierre meurt au combat.
    Le 25 juin 1792, dans l'Armée du Nord dont il commande la cavalerie sur l’aile droite sous les ordres du maréchal de camp Charles Lameth.
    Le 24 février 1793, sa compagnie part de Douai pour prendre Bruges.
    Le 05 mai 1793, Gaspard De Brunet remplace Armand-Louis Biron muté à la tête de l'Armée d'Italie.
    Les généraux Louis-Charles De Flers, Vincent Giocomoni et Dagobert De Fontenille sont transférés dans l'Armée des Pyrénées-Orientales.
    Le 14 mai 1793, Louis-Charles De La Motte-Ango, vicomte De Flers à 36 ans arrive avec la nomination de 3ème commandant de l'Armée des Pyrénées-Orientales pour remplacer Mathieu Marchant De La Houlière.
    Mathieu Marchant De La Houlière connait le domaine des comtes De Flers en basse Normandie car la famille est propriétaire des hauts-fourneaux de Varennes à Saint-Front près de Domfront où Mathieu Marchant a travaillé.
    Il partage des nouvelles sur les commandants Armand-Louis Biron, de Luckner et de Charles Dumouriez avec qui le jeune général a accompli ses campagnes dans l'Armée du Nord.
    Mathieu Marchant De La Houlière trahi par son quartel d'officiers communique avec le jeune commandant plein d'énergie et de courage.
    Ils vont se côtoyer pendant un mois et une profonde amitié va les lier.
    Il devient son confident, il lui fait lire les 3 pages du plan secret pour envahir l'Espagne par Puycerda qu'il a transmit le 13 mars 1793 au Comité du Salut Public avant l'occupation des espagnols en Roussillon, plan que Luc Siméon Auguste Dagobert s'approprie plus tard.
    La conviction et le calme de Louis-Charles De La Motte-Ango permettent à Mathieu Marchant de surmonter ses journées suite aux soupçons de trahison qui pèsent sur lui par les représentants Ignace Brunel, Jean Rouyer, Etienne Le Tourneur de la Manche.
    Le vicomte De Flers est le père fondateur de la construction en 1793 du camp retranché de " 'Union" qui protège la citadelle de Perpignan.
    Le 14 mai 1793 dès son arrivée le 3ème commandant en chef de l'Armée des Pyrénées-Orientales se rend à la forteresse de Bellegarde où il donne les consignes de maintien en cas de blocus au lieutenant-colonel Dubois-Brulé et à ses 1 060 hommes.
    Louis De Flers est un homme calme qui mesure ses paroles, il parle distinguement en articulant bien. Il se met à organiser une armées sans discipline, sans mobilisation, paralysé par les désertions.
    Le 16 mai 1793, le commandant en chef de l'Armée des Pyrénées-Orientales pressé par la Société Populaire lance l'offensive de la bataille du Mas Deu contre l'Armée de catalogne qui dure 3 jours et se termine par une victoire espagnole.
    Le 25 mai 1793, Louis-Charles De La Motte-Ango réalise une expédition aux ordres d'Amédée Willot, comte De Gramprez avec la 8ème compagnie et les volontaires de l'Aude pour ravitailler les blocus des forts Lagarde et Les Bains mais les régiments en renfort échouent.
    Le 18 juin 1793 dans un acte de désespoir Mathieu Marchant De La Houlière met fin à ses jours et laisse un message à Louis-Charles De La Motte-Ango :
    "...Je souhaite que vous ne m'en voudrez pas pour ce geste et que vous ne soyez pas comme moi victime des trahisons, ce que je crains pour vous et pour la république…".
    Le 23 juin 1793, la forteresse de Bellegarde par la traitrise du capitaine de génie Cotte De Latour tombe aux mains des troupes espagnoles et aggrave les charges contre lui.
    Le 17 juillet 1793, Louis-Charles De La Motte-Ango gagne la bataille de Perpignan ou du mas Ros. La plus fière des batailles.
    Le 04 juin 1793, Il commet une erreur fatale. Il publie un réglement militaire car ses soldats sont sans disciplines.
    Le général en chef Louis De Flers désarme une partie du bataillon du Gard et leur ordonne de rentrer chez eux.
    A ce moment là, il s'attaque à l'organistion des puissants miquelets de montagne qui organissent des désordres, Louis De Flers les fait arreter pour les livrer à la justice.
    Mettre de la discipline dans l'organisation des miquelets s'est ce tuer, car ils sont partout comme une maffia en reseau qui fait la loi.
    Au même moment survient la traitrise de Charles Dumouriez dont il a été son aide camps, le noircisse.
    Le 20 juillet 1793, Louis De Flers se débat au milieu des calomnies de ses subordonnés. Il n'est pas secondé par la desertion et la molesse qui paralisent les régiments.
    Dès lors les choses s'accélèrent le Conseil du Département apprend les dévastations des miquelets qui sont impunis.
    Louis De Flers demande aux representants du peuple de sortir un ordre qui punit de morts les 500 miquelets déserteurs arrètes, mais rien n'est fait. Seul le conventionnel Letourneur, un ancien officier qui connait la vie militaire le soutien.
    Au contraire, les représentants notent que leur pouvoir est contesté. Ils accablent Louis De Flers de ne pas paraitre aux cérémonies du 14 juillet 1793 et d'entretenir une correspondance avec les comités rebelles durant le siège de la forteresse de Villefranche du Conflent, le 04 aout 1793.
    A la perte de la forteresse de Villefranche du Conflent, les plaintes des representants du peuple Jean Espert de Mirepoix, de Pierre Bonnet de Limoux et de Joseph Projean de Carbonne (31) sont envoyées au Comité du Salut Public qui accuse Louis-Charles De La Motte-Ango d'avoir perdu la confiance des citoyens soldats, d'incompétence et de trahison.
    La malédiction de Villefranche du Conflent de 1674 concernant le bayle Francesc Soler et la famille Carles recommence pour Louis-Charles De La Motte-Ango.
    Le 06 aout 1793, Louis-Charles De La Motte-Ango est destitué de ses fonctions de commandement en chef, Hilarion Puget marquis De Barbantanne arrive de l'Armée du Var pour prendre sa place.
    Le 17 septembre 1793, Louis-Charles De La Motte-Ango est enfermé dans la prison du Luxembourg quand la loi des suspects passible du tribunal révolutionnaire est adoptée.
    Il apprend en prison le 16 octobre 1793, l'exécution de Marie-Antoinette puis celles des 21 députés girondins le 31 octobre 1793.
    Il compte que les mouvements de déchristianisation et de fédéralisme détruisent les fondements de la Convention Nationale et libèrent les prisons.
    A la prison du Luxembourg, Pierre-Joseph Boyenval investi des pouvoirs illimités établit des listes de prisonniers d'après la loi du 22 prairial an II, sans débats et sans moyens de défense.
    Débute la conspiration des prisons durant les 19-21-22 messidor An II.
    Louis-Charles De La Motte-Ango est victime de la 3ème conspiration des prisons établie le 10 juillet 1794 à connotation royaliste avec la majorité de la famille Noailles.
    La conspiration des prisons est montée par Jean-Pierre-André Amar, membre du Comité de Sûreté Générale pour exécuter les complices de Hébert et de Danton sans accusation.
    La tache du Comité de Sûreté Générale est de purger le surnombre des détenus par des dénonciations et de faux témoins.
    La technique consiste à inventer un collectif de délit de conspiration avec des prétendus complices pour charger les détenus et qu'ils deviennent des ennemis du peuple par d'accusation mensongère.
    L’organisation du Comité de Sûreté Générale dépêche sur place des rédacteurs de dénonciations qui rédigent les listes des noms des prisonniers.
    Louis-Charles De La Motte-Ango se présente à la Conciergerie devant le tribunal révolutionnaire présidé par Fouquier-Tinville, il écoute les accusations des délateurs sans aucune notion militaire l'incriminer "d'avoir livré sans défense la forteresse de Villefranche du Conflent et s'être laissé vaincre par l'ennemi espagnol."
    Le vicomte De Flers se défend avec calme et discernement, il entend la sentence avec une profonde émotion.
    A la place du Trône Renversé, les 45 victimes de la 3ème rafle de la conspiration de la prison du Luxembourg sont alignées la tête face à la rue du Faubourg Saint Antoine sur plusieurs rangs, ils tournent le dos à la machine qui les guillotine chacun leur tour.
    Le 22 juillet 1794, Louis-Charles De La Motte-Ango, vicomte De Flers est guillotiné en regardant dans la foule sa femme Maximilienne les yeux remplis de larmes qui tient par la main ses 2 enfants Guillemine et Charles en pleurs, il s'adresse à eux leur disant : "Regardez mourir votre père, un royaliste innocent."
    Les corps des 45 martyrs de la journée sont tirés à terre puis jetés dans la 2ème fosse commune du cimetière de Picpus où ils reposent.
    Le 18 février 1800, les troupes de la 14 ème division du général Gaspard Gardanne mettent volontairement le feu au château du comte De Flers. L'ancienne aile est détruite.
    En 1901, le maire républicain de la ville de Flers, Julien Salles, achète le château avec son parc pour la municipalité.
    Le 07 juillet 1944, la ville est rasée par les bombardements des anglais durant l'opération Charnwood, le château De Flers survit aux pilonnages.

    Accueil © Mes textes ne sont pas libres de droit, si vous les copiez citer leur source. Billet suivant

    Lisabuzz.com Parle de 1793-1795 GUERRE DE LA CONVENTION CONTRE L'ESPAGNE :

    N'y allons pas par quatre chemins, 1793-1795 GUERRE DE LA CONVENTION CONTRE L ESPAGNE est proprement hallucinant.
    D'un point de vue esthétique, ce blog est soigné, propre et d'un gout très sûr.
    D'un point de vue littéraire, il mériterait l'équivalent du prix Goncourt du Web.
    Chaque matin, je brûle de lire les textes splendides.
    http://blog.lisabuzz.com
    Annuaire gratuit, référencement gratuit
    Annuaire de blogs Référencement Gratuit - OGame Winner annuaire blogstutoriel informatique Referencement gratuit referencement 2008 Web 2.0 Awards Winner Moteur de Recherche.
    Free counters
    statistiques