Sources : "La Révolution Française 1789-1799". Jean-Marc Schiappa-Paris 2005-Edition Flammarion.


Les textes de la constitution de 1792 de la Convention Nationale ne prévoit pas la possibilité d'un procés du roi Louis XVI.
C'est l'intervention de Saint Just à la tribune le 13 novembre 1792 qui demande avec des hésitations : Un procès.
Jean Paul Marat crie :
"...Le roi doit être puni"...
Louis Saint-Just répond :
"...l'on ne peut régner innocemment…"...
Maximilien Robespierre dit : ..."Louis doit mourir parce qu'il faut que la patrie vive"....
Il pose la question de l'incompatibilité de la monarchie donc du roi.
Etablir un procès d'un monarque ayant comme seule punition le fait qu'il est roi.
Le 11 décembre 1792 commence le procès du roi.
Jean-Paul Marat obtient la procédure nominale avec le vote à haute voix de la peine de mort.
La mort d’un roi reste unique et le vote de chacun pour appliquer cette sanction est importante.
Le 14 janvier 1793, la Convention Nationale vote 3 fois
  • 683 voix reconnaissent la culpabilité.
  • 426 voix pour l'appel au peuple, 278 contre.
  • 387 voix pour la condamnation à mort, 334 contre. 26 voix le sursis.
La mort de Louis XVI est votée à la majorité.
Le sursis est rejeté.
L'exécution a lieu le 21 janvier 1793 à 10 heures une journée grise et froide sur la place de la Révolution.
Un prêtre l'accompagne dans la charette, tous les deux lisent les psaumes d'un livre de prières.
Une forte escorte militaire entoure la charette, de nombreux tambours couvrent les cris des manifestations royalistes.
Louis XVI monte l'escalier de l'échafaud d'un pas ferme puis d'une voix claire s'adresse à la foule qu'il est innocent de tous les crimes et qu'il pardonne à ceux qui veulent sa mort.
Il meurt dignement convaincu d'avoir agi en monarque de droit divin.
La monarchie et les royalistes sont en ruptures avec la nation car le droit divin est mort.
Carlos IV apprend la mort de son parent.
Il ordonne un deuil dans son royaume de 3 jours et rappelle de France son chargé-d'affaires puis rend plus favorable les démarches des émigrés français.
La constituante est convoquée pour régler la crise financière et l'égalité fiscale.
Talleyrand est un évêque de génie et son idée va révéler la révolution française.
Le clergé a une mission spirituelle et l'église n'a pas besoin de biens.
Les biens du clergé sont à la disposition de la nation.
En contrepartie la nation prend en charge les missions de l'église : l'état-civil, l'assistance des pauvres, l'éducation des jeunes, la restauration des paroisses et le paiement des prêtres et des évêques.
Dans l’attente de la vente des biens nationaux du clergé, l'Etat lance des assignats gagés sur les biens de l'église.
Les membres du clergé sont payés par l'Etat, ils deviennent fonctionnaires et doivent prêter serment
…"de fidélité à la nation, à la loi, au roi."
Les prêtres vont se scinder en deux camps.
Les conventionnels et les réfractaires qui refusent le serment à la nation.
Le pape devient le chef de file des contre révolutionnaires, des réfractaires et condamne la constitution civile.
10 août 1792 L'emprisonnement de la famille royale précipite la chute de la monarchie et fait craindre une intervention des Bourbons espagnols.
02 septembre 1792 Danton lance son discours :
…"Une partie du peuple va se porter aux frontières, une autre va creuser des retranchements et la troisième avec des piques défendra l'intérieur de nos villes"
"Les commissaires de la commune vont proclamer, d'une manière solennelle, l'invitation aux citoyens de s'armer et de marcher pour la défense de la patrie"
"(…) quiconque refusera de servir de sa personne, ou de remettre les armes, soit puni de mort"
"(…) Le tocsin qu'on va sonner n'est point un signal d'alarme, c'est la charge sur l'ennemi de la patrie."
"Pour les vaincre, Messieurs, il nous faut de l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace et la France est sauvée.…"

Devant l'’incapacité de l'Assemblée Législative, Maximilien Robespierre lance l'’idée d'’une assemblée élue au suffrage universel.
La constitution est la nouvelle révolution jacobine qui affirme la république.
Le 1er texte législatif fait par et pour le peuple réorganise le pays et pousse les hommes à la démocratie.
Au lendemain de l'insurrection, l'acte reconnaît le peuple dans les affaires d'état et de république.
La Convention Nationale née le 21 septembre 1792, invente le rêve républicain universel et prépare à la guerre dans un contexte.
  • De crise religieuse des prêtres réfractaires.
  • De crise financière des cours des assignats.
  • De crise sociale : La famine s'’installe faute de farine.
  • De crise politique des textes égalitaires.