Le principe de liberté de la constitution de l'An I du 24 juin 1793 n'a jamais pu entrer en application.
Les exigences de soumissions aux lois édictées par la Convention Nationale ne cessent de se manifester à partir de décrets.

Il faut se soumettre et toute contestation est considérée anti-révolutionnaire, contraire à l'intérêt populaire.
Cela fonctionne bien, car les habitants du département sont patriotes, ils croient à cette liberté obtenue par la révolution.
200 ans de rumeurs dangereusement menaçantes dans une population catalane divisée en deux où l'idée de frontière bornée en 1659 n'existe pas.

Deux générations qui n'ont rien compris à cette annexion au royaume de France comme le mentionne leur acte de naissance.
Pourquoi des hommes qui ont signé les Droits de l'homme peuvent-ils préconiser la politique de la haine en confrontant des familles d'une même communauté "tyrans de Castille" alors qu'ils ont pendant de nombreuses générations vécus ensemble.

Le racisme consiste à des préjugés basés sur la race espagnole et qui en même temps sont montrés esclaves d'un déposte.
C'est aussi une action raciste et méprisable que de faire de la discrimination envers un peuple que l'on surnomme "buveurs de sang".
Le racisme ne se réfère pas qu'aux attitudes sociales ethniques d'un individu, mais aussi aux actions qui oppressent et excluent l'individu par la violence, la mise à l’écart, la diffamation, la tromperie et l’hostilité envers l'autre.

Les sociétés patriotes préfèrent transférer leurs craintes et leurs colères sur les espagnols afin que localement la population catalane devienne moins humaine.
200 000 tracs en janvier 1794 vont être édités en catalan pour que les habitants n'apportent aucune aide aux ennemis de la République et aux hordes sanguinaires esclaves du roi castillan.

Rayer des registres, les noms catalans à consonance espagnole pour qu'il ne subsiste que des noms et des patronimes français.
C'est interdire le mariage avec l'espagnol, alors que les mêmes familles vivent de chaque coté de la frontière.
Cet interdiction dangereuse restera longtemps gravée dans la mémoire de la population du département.

Les journaux républicains vont décupler et amplifier la haine envers l'espagnol.
L'Avant-Garde de l'Armée des Pyrénées-Orientales va inciter les habitants à sortir du joug castillan par des articles véhéments.
L'écho des Pyrénées deuxième journal va définir le département comme plus espagnol que français, car ses habitants parlent un dialecte d'émigré sans aucune relation avec le français.

La population française va féter la première année de la mort de Louis XVI, les exploits républicains vont être chantés et des bals patriotiques vont être organiser afin de célébrer les triomphateurs de la liberté.

Accueil © Mes textes ne sont pas libres de droit, si vous les copiez citer leur source. Billet suivant

Lisabuzz.com Parle de 1793-1795 GUERRE DE LA CONVENTION CONTRE L'ESPAGNE :

N'y allons pas par quatre chemins, 1793-1795 GUERRE DE LA CONVENTION CONTRE L ESPAGNE est proprement hallucinant.
D'un point de vue esthétique, ce blog est soigné, propre et d'un gout très sûr.
D'un point de vue littéraire, il mériterait l'équivalent du prix Goncourt du Web.
Chaque matin, je brûle de lire les textes splendides.
http://blog.lisabuzz.com
Annuaire gratuit, référencement gratuit
Referencement gratuit dans Vitavous.com referencement

statistiques