Sources : "AGS Secretaria de Guerra i Superintendencia de Hacienda."

>
Le 28 novembre 1794, l'Armée des Pyrénées-Orientales se scinde en deux.
Pierre, François Augereau et ses hommes occupent la forteresse de Sant Ferràn de Figueres.
Catherine-Dominique Pérignon, auréolé de sa nomination comme 10éme commandant en chef de l''Armée des Pyrénées-Orientales ordonne à la division de Pierre François Sauret et à ses 5 000 hommes d'aménager le siège de Roses.
Le 28 novembre 1794, un vent violent humide et froid de direction Sud-Est le "Xaloc" que les marins nomment "Marinade" souffle dans la rade du port de Roses
13 vaisseaux de guerre et 45 bombardes ont jetés l'ancre pour prendre le relais de la défenses de la forteresse Sant Ferrán de Figueres aux mains des troupes françaises.
Roses est un port de pêche au Nord du golfe dans la péninsule du cap Creus.
Situé à 30 km de la frontière, 65 km de Gerona et 160 km de Barcelona.
Sa particularité est qu'il se trouve à l'abri de la tramontane, ce vent violent et glacial du Nord-Est qui descend des sommets pyrénéens.
A l'Est, Le Puig -Rom haut de 280m. La montagne granitique du Puig-Rom couverte de pins et de chênes-liège
Les pécheurs de la ville de Roses ont installé leurs maisons pour s'abriter derrière les falaises escarpées de la Punta Falconera.
Cette pointe orientée Sud constitue le massif sauvage du cap Creus.
Cette communauté vit de la mer et du commerce maritime.
Elle partage les larges baies "Cala Canyelles" et "Cala Montjoï" avec 2 ports voisins :


  • Au Nord, La Selva del Mar peuplé de 648 habitants en 1795.
    Le village est dissimulé dans une zone rocheuse abrupte que forme les contreforts du cap Creus où la mer est la seule issue.
    Son nom lui est attribué par le ruisseau de La Selva qui traverse la commune.
    Les sentiers étroits par la terre sont impraticables aux charrettes, le massif du pic del Peni au haut de 613 m isole les habitants.
  • Au Sud le village de L'Escala avec ses 2 080 habitants en 1795.
    A l'Ouest, le port est compris entre les vestiges pillés brulés du bourg Sant Marti d'Empúries.
    A l'Est, la pointe rocheuse de la Clota qui se prolonge par le massif de Montgö avec au sommet sa tour de guet circulaire du 15ème siècle.
Les liaisons commerciales pour le trafic du vin, d'étoffes et d'huile se font avec les ports de Palamós, de Collioure et de Barcelona.
Roses est difficile d'accès par la terre en raison des vastes zones marécageuses qui la protège à l'Ouest.
Ces marais sont formés par des lagunes de joncs et de roseaux infestées par des moustiques.
Ces étendues sont des enclos et des prairies constamment inondés par les estuaires des 2 rivières El Muga et El Fluviá
Les 2 fleuves charrient une énorme quantité d'alluvions arrachés aux Pyrénées qui se déposent dans la baie.
Au retour d'un voyage entre Gênes et Barcelona, Charles Quint accompagné par son fils Felipe II font escale à Roses.
Felipe II révèle à son père l'importance stratégique du mouillage profond où s'encrent plusieurs navires à l'abri du contrefort naturel de la pointe Falconera
Ce mouillage est fermé à l'Ouest par l'inaccessible plaine marécageuse.
Le 27 mars 1543, Charles Quint ordonne au castillan Luis Pizano de dessiner les plans pour la construction de la citadelle.
En 1543, l'ingénieur espagnol Luis Pizano de Pampelune, étudiant à l'Académie des artilleurs de Milan, débarque à Roses avec à son bord, 5 ingénieurs militaires de l'empereur Charles Quint pour bâtir cet énorme ouvrage.
Rafael Coll, Nicolau Frances, Mestre Quexas, Bernat Corrido, Enrique Gilabert sont déjà venus en territoire espagnol pour bâtir la forteresse de Salses, la citadelle d'Elne proche de Perpignan et le fort Sant Elme à Collioure.
Luis Pizano oriente l'édifice par rapport à la colline Santa Maria où se dresse la tour circulaire en pierres qui sert de vigie au bourg que l'on nomme fort Wisigoth.
Sur cette colline, les dominicains ont bâti l'église romane de Santa Maria, proche de la base ovale du fort Wisigoth.
Le fort Wisigoth est formé de 2 tours carrées dont les murs en granit sont construits selon la technique de la double muraille.
L'accès de la tour se fait par l'unique porte situé au Sud.
En 1545, la citadelle pentagonale avec des murailles d'une hauteur de 10 à 12 m, enracine le village qui se termine aux marais de la plaine à l'Ouest et à l'Est par le haut versant de la montagne du Puig Rom.
Le glacis très découpé et fait parfois 6 m d'épaisseur.
Pour suppléer au manque d'ouvrage extérieur, une seconde enceinte couvre l'intérieur, faite d'une série de contregardes en forme de lunes adossés à la contrescarpe.

L'orientation définitive des 5 doubles murailles est décidée.
  1. Porte Del Mar
  2. Santa Maria au Sud-Est à l'opposé de Sant Joan(7) ferme la citadelle par un batardeau, cette barrière contre les inondations et la pénétration des eaux dans la citadelle.
  3. Sant Jaume à L'Est, vers la montagne.
  4. Sant Andreu, appelé Sant Felipe en direction du Nord proche de la porte Del Terra.
  5. Monastère Santa Maria
  6. Sant Jordi au Nord-Ouest proche du monastère Santa Maria.
  7. Sant Joan au Sud-Ouest, vers le rivage côté marais ferme la citadelle par un batardeau.
2 portes accèdent à l'intérieur de la citadelle.
  • La porte "del Mar" (1) : Face à la mer. L'entrée principale protégée par une barbacane sécurisée par un pont levis.
  • La porte "del Terra"(4) : Au nord. En 1552, Pietro Jacopo Cataneo modifie le plan de 1544.
    Il ne construit pas la porte "del Terra" sur le rempart Sud-Ouest comme prévu mais il rallonge le rempart Nord de 205 m à 280 m pour y édifier la porte et accentuer la forme pentagonale.

  • En 1553, Giovanna-Batista Calvi, architecte romain né à Caravaggio, succède à Luis Pizano.
    Il est inspiré par l'école d'ingénieurs militaires du maitre Diego Hurtado De Mendoza.
    Giovanna Batista Calvi vient de terminer le chantier de la citadelle de Mahon dans l'ile de Minorque.
    Le 04 décembre 1565, un nouveau drame Giovanna-Batista Calvi meurt pendant la construction de la citadelle de Perpignan.
    Le catalan Rafael Coll devient le nouveau maitre d'œœuvre.
    Il construit la muraille de Sant Joan et signe son œœuvre en sculptant le portail "Portal de Mar".
    Présent à la construction depuis 1545, la paternité de la citadelle lui est reconnue sur le chantier, il continue l'œœuvre de Giovanna-Batista Calvi.
    Son professionnalisme devient surprenant.
    Rafael Coll bâtit la double muraille de la citadelle de Roses qui protège la fameuse contrespace au large talus après la première muraille.
    En 1568, 3 ans après la mort de Giovanna Batista Calvi, le chantier de Mers El Kebir en Algérie ne peut être terminer.
    C'est Rafael Coll le bâtisseur de Roses qui termine les deux bastions restent de la muraille que son maitre n'a pu finir.
    Entre 1545 et 1575, Ferrante Gonzala termine les trois autres bastions Sant Andreu, Sant Jaume et Santa Maria.
    Les murailles et les chemins ont pris trop de place, il faut ajouter 900 m2 pour atteindre l'espace des 4 000m2 nécessaires au glacis.
    La surface de l'enceinte une fois terminée est de 131 480 m2.
    A l'Est, la double muraille de la citadelle est basse dans la partie entre la ville et la montagne, l'architecte italien Pietro, Di Giacomo Cataneo construit un fort sur un piton à l'extrémité de la pointe rocheuse de Moll, le fortin de Poncella.

    Le fort de Poncella connu sous le nom de "Castell Trinitat" est situé à 2,5 km à l'Est de la citadelle.
    Comme un mirador sans aucun angle mort, il surplombe la mer d'une hauteur de 66 mètres.
    Le fort de Trinitat a la forme d'une étoile à 5 branches.
    Reste 4 murailles en pointe avec des arêtes angulaires saillantes hautes de 18 à 20 mètres cimentées dans la roche sont impossibles à gravir.
    Le fort de Trinitat dispose de 3 plateformes d'artillerie occupé par une garnison de 200 militaires.
    Les batteries sont dirigées vers la baie pour remplir leur mission de défense.
    La plateforme la plus élevée sert à contrebalancer les contreforts de la montagne Rom.
    L'autre plateforme, plus basse sert à protéger la rade du port et la ville avec 9 canons.
    La partie opposée à la mer, dite "la Gola" les artilleurs ont installés des mortiers sur la roche qui lancent des boulets sur l'unique porte.
    Dés que la garnison occupe la citadelle de Roses terminée, elle attire les pilleurs et les brigands.
    Roses, la même année, va être pillée et brulée par les pirates turcs.
    Ferrante Gonzala modifie le tracé pour empêcher le pillage, il amplifie la structure du glacis trop prenable.
    Les pécheurs comprennent vite que la citadelle imposante fascine et séduit les pirates envahisseurs.
    La population construit les maisons hors des murailles, près du Puig Rom.
    La cohabitation en temps de paix est difficile entre les militaires et les pécheurs.