Sources : "Gazeta de Madrid N°6 page 73 du 20-01-1795.".

Texte modifié le 07 novembre 2010 par Bernard Prats.


L'Armée de la Catalogne évacue en catastrophe la forteresse de Figueres pour bivouaquer sur la colline de Costaroja, au Nord de Gerona et les militaires sont dispersées dans les châteaux afin de se préserver de l'hiver.
Jeronimo Giron-Moctezuma, marquis Las Amarillas 4ème commandant en chef de l'Armée de la Catalogne, réorganise et remonte le moral des troupes morcelées dans Gerona.
En 1795, la ville de Gerona compte 13 828 habitants.
La ville en forme de triangle est situe sur un promontoire à la confluence des rivières du Ter et de l'Onyar.
Gerona avec ses rues étroites et tortueuses qui grimpent en espaliers possède 470 paroisses et 12 abbayes franciscaines dont 3 couvents de carmélites.
Les prêtres et le clergé réfractaires aux lois républicaines se sont refugiés dans la ville.
Le tiers de sa population est cléricale.
Le diocèse de Gerona et de Perpignan dépendent de l'Archevêché de Tarragone.
Depuis le 15 mai 1794, les trésors de la cathédrale et les biens des églises sont transportés pour être cachés dans la capitale Barcelona.
Gerona est la ville où deux communautés juive et chrétienne cohabitent.
Son université possède 2 chaires remarquables, l'une en philosophie et l'autre en théologie.
A gauche de la rivière Onyar, la muraille Mercadal haute de 6 m au dessus du fossé protège à sa base un quartier de maisons rangées en demi-cercle et les 5 bastions assurent la défense de la ville.
L'état de la muraille, faute de crédit s'est dégradé et les travaux de réparations sont abandonnés.
Au sommet de la colline des capucins, le fort de la Pedrera est une tour de garde qui assure la surveillance de la vallée Saint Daniel.
Gerona, c'est un groupement de manufactures de bas de laine, d'étoffes de coton, de dentelles, de filets de pêche et de distilleries d'eau-de vie.
Sur les collines, autour de la ville se dressent des terres fertiles couvertes de vignes, d'oliviers et d'amandiers.
Dans la ville, la situation se dégrade. Les hôpitaux sont remplis de malades et de blessés qui arrivent sans cesse.
Les cimetières sont complets, les cadavres ne sont plus enterrés, les corps sont abandonnés dans des fosses communes et leurs effets sont brûlés pour éviter les épidémies.

Jeronimo Giron-Moctezuma, marquis De Las Amarillas modifie son comportement et applique les décisions de Carlos IV, il donne l'ordre à son maréchal de camp, Domingo Izquierdo de gagner le siège du port de Roses.
Domingo Izquierdo âgé de 50 ans est né dans le bourg basque de Viniegra de Abajo, il est souvent confondu avec son homonyme Izquierdo Eugenio, diplomate espagnol secrétaire de confiance de Manuel Godoy présent à la signature du traité du 27 octobre 1807 à Fontainebleau et de l'abdication à Bayonne en 1808, durant la période du consulat.
Domingo Izquierdo commandait la 2éme division durant la bataille de Sant Llorenç de la Muga où il prouve son endurance pour soutenir l'aile gauche dirigée par José Perlasca.
Le 03 décembre 1794, il débarque à Roses avec ses officiers et son unité d'artilleurs, il prend le commandement des troupes de la citadelle.
Sa première décision est de connaitre les moyens de défense, de motivation des artilleurs puis de faire les inventaires des munitions de l'intendance.
Le lendemain, Domingo Izquierdo fait venir de Palamos, 2 frégates et 3 canonnières pour retirer les militaires malades et les blessés par de nouveaux artilleurs.

A Gerona ce même jour arrive José Urrutia de l'Armée de Navarre en renfort avec son régiment.
Qui est Joseph-Ramon Urrutia ?
Le 05 février 1794, avant la mort d'Antonio Ricardos, il est nommé lieutenant général puis muté sous les ordres Ventura Caro, général en chef de l'Armée de Navarre à Biscaye sur le front basque.
Joseph-Ramón De Urrutia est né le 16 novembre 1739 à Zalla, petit bourg basque au coeur de la vallée de Salcedo à 24 km du Sud-Est de Bilbao.
Son père Féliciano De Urrutia né en 1701 à La Herrera à Zela descend de la seigneurie de Somorrostro épouse le 29 juillet 1737 Augustina Las Casas (1721-1785) sont propriétaires du château de Zalla et ils ont 4 enfants.
José est le 2ème fils après Antonio son frère ainé et ses 2 jeunes soeurs, Maria-Thérèsa et Isabel Il fait ses études dans la ville basque de Valmaseda, proche du domaine de ses parents.
Le 06 avril 1753, José-Ramón Urrutia, s'engage comme cadet dans le régiment d'infanterie de Murcia.
En 1755, Il est admit dans la prestigieuse Académie Royale de Mathématique de Barcelona.
Durant ses études, il côtoie le maitre Juan Marti Zermelo, ingénieur et dessinateur des plans de la forteresse de Sant Ferràn.
Son professeur Tomàs De Morlàs lui transmet ses connaissances qui l'aident à défendre le siège de la citadelle de Roses.
En 1764, nommé sous-lieutenant dans le régiment de Guadalajara et devient membre du Régiment royal d'élite de l'Amérique.
José Urrutia débarque à Veracruz comme cartographe, il est sélectionné par Viceroy Joaquín de Montserrat, marquis de Cruillas pour accompagner l'inspection de Rubí.
le 8 Juillet 1767, il obtient le grade de lieutenant dans le régiment d'infanterie de Murcia puis il s'embarque pour le Mexique.
De 1768 à 1770, José Urrutia travaille sur des projets d'ingénierie et de cartographie à Mexico, puis est muté avec le Royal Regiment pour défendre l'occupation anglaise des îles Canaries.
Le 01 juillet 1775, il participe à la tragique expédition d'Alger avec Alejandro O' Reilly.
En disgrace comme officier de la cour royale de Carlos III, Alejandro O'Reilly lui offre une place de professeur au sein de son école militaire d'Avila ou il enseigne les mathématiques.
En 1779, il participe au coté de l'armée espagnole au siège de Gibraltar contre les Anglais.
En 1782, il combat les Anglais dans l'ile de Minorque aux ordres du duc de Crillon.
Il devient gouverneur d'Algésiras, surintendant du canal de Castille dont il est le promoteur.
Conseiller du roi et entreprend une tournée pour apprendre les techniques et les tactiques des écoles militaires européennes.
De 1787 à 1792, avec l'armée Russe contre les Turcs, il participe au siège d'Okzatow, il retrouve Tómas Morla son professeur à l'Académie des ingénieurs militaires de Barcelona.
L'impératrice Catherine le décore pour sa bravoure et acquit la célébrité espagnole par ses talens offensifs durant cette bataille.
Il revient en Espagne comme gouverneur de Ceuta, prés de Santander.
Le 15 octobre 1794, sous le commandement de Ventura Caro dans l'Armée de Navarre, Jose-Ramon Urrutia attaque les troupes françaises stationnées dans Lekunberri à 30 km de Pampelune.
Le 24 novembre 1794, il est vainqueur à Irurzun grâce à sa ferveur
José Urrutia n'a pas été heureux comme général divisionnaire sous les ordres de Ventura Caro
En disgrace pour avoir rejeté les ordres de Manuel Godoy d'envahir le Portugal* Il est muté à Seville.
(*) Manuel Godoy se défend de cette calomnie qui est l'œuvre des aristocrates de la cour pour le discréditer.
Il écrit dans ses mémoires que José Urrutia travaillé avec lui à Madrid à la nouvelle organisation de l'armée quand il est mort.
Manuel Godoy écrit qu'il est l'auteur de sa nécrologie sur la Gazette de Madrid, le 12 avril 1803.

Pourtant Manuel Godoy annule sa promotion de capitaine-général à Seville, grade que lui accorde le roi Carlos IV.
Le 01 mars 1803 José Urrutia meurt à Madrid dans le palais Consejas qu'il occupe avec son ami Simon Aragorri-Olavide.
Le 02 mars 1803, Leoncio Villaodriz, jésuite comme lui, prononce son oraison funestre dans l'église patronne de Madrid Santa Maria La Real de la Almudena détruite en 1868.
Le 28 novembre 1794, Il revient comme 4eme commandant en chef de l'Armée de la Catalogne, il est secondé par 3 hommes fabuleux :
  • Gonzalo O'Farril. Tacticien hyper doué, né le 22 janvier 1754 à la Havane d'une famille irlandaise émigrée. Elevé avec ses 9 freres en france, maitrise parfaitement le français.
    Fait parti du clan de l'expédition catastrophe d'Alger du 28 juin 1775 : O'Reilly-Ricardos-La Union-Curten. Participe avec Jose Urrutia au siège de Mahon et de Gilbratar.
    Epouse Ana Carassa, fille d'un négociant en vin de Cadix, veuve avec un fils.
    Mit en disgrace et dans la pauvreté comme tout le clan d'Alger par le roi Carlos III.
    O'Reilly le général irlandais en disgrace comme lui devient son protecteur, le nomme professeur pour enseigner l'artillerie et le génie à l'Académie du Port Sainta Maria fondé par lui.
    Des le début de la Guerra Gran il se bat au côté du général Ventura Caro sur le front Basque.
  • Juan-José Arias Saavedra, né à Jadraque en 1737-Guadalajara.
    Etudiant au collège de San Ildefonso, ami du magistrat Gaspar Jovellonos.
  • Pedro Caro-Sureda, neveu du général en chef Ventura Caro. Né le 02 octobre 1761 à Palma de Majorque, 3éme marquis De La Romana famille noble des Baléares.
    Parle français car il a fait ses études à Lyon en France jusqu'à la mort de son père, général en chef du régiment des dragons d'Almanza lors de l'expédition d'O'Reilly à Alger du 28 juin 1775, il continu ses études à l'université des Jésuites de Salamanque et à l'université des nobles de Madrid.

Dans la forteresse de Sant Ferràn de Figueres, les artilleurs de Catherine-Dominique Pérignon sont contaminés par trois épidémies.
La peste fortement répandue dans la ville par les réfugiés malades venus des bourgs environnants pour se faire soigner.
Les deux autres épidémies, celle du paludisme et celle de la fièvre jaune se transmettent par les moustiques des eaux saumâtres aux fantassins qui travaillent la nuit pour installer les batteries.
Les gros orages font apparaitre les tics et les punaises dans les fissures des bois et propagent l'infection.
La garnison est fortement décimée.
Le ravitaillement du front français par les chemins boueux est impraticable.
Les militaires du début du siège de Roses sont fatigués, épuisés, ils viennent de construire en quatre jours 3 batteries :
  • Le 25 novembre, celle de la Garriga composée de 2 mortiers et 2 canons de 24 est finie.
  • Le 26 novembre, celle du mas Sola formée de 3 mortiers, 2 obusiers et 5 canons de 24 est terminée.
  • Le 28 novembre, celle dels Molins comprend 5 canons qui fonctionnent.
Le 2éme projet d'Antoine Andréossy est d'installer les batteries devant les frontons Nord de la citadelle, les travaux se déroulent jours et nuits sous une pluie torrentielle froide depuis 10 jours et sont modifiés en fonction de la nature du sol.. Les canonniers espagnols empêchent la construction des batteries.
Le 04 décembre 1794, en raison des tirs incessants provenant des canons des navires espagnols et du manque d'abris sur la rive par les fantassins qui mettent en place les batteries, les militaires décident de creuser dans la boue jusqu'à la ceinture une grande tranchée qui part des batteries du mas Berger qui relie celles du marais de Castillon.

Accueil © Mes textes ne sont pas libres de droit, si vous les copiez citer leur source. Billet suivant

Lisabuzz.com Parle de 1793-1795 GUERRE DE LA CONVENTION CONTRE L'ESPAGNE :

N'y allons pas par quatre chemins, 1793-1795 GUERRE DE LA CONVENTION CONTRE L ESPAGNE est proprement hallucinant.
D'un point de vue esthétique, ce blog est soigné, propre et d'un gout très sûr.
D'un point de vue littéraire, il mériterait l'équivalent du prix Goncourt du Web.
Chaque matin, je brûle de lire les textes splendides.
http://blog.lisabuzz.com
Annuaire gratuit, référencement gratuit
Annuaire de blogs Referencement gratuit dans Vitavous.com referencement

statistiques